tarifs/abonnements
newsletter
recherche



vendredi 17 avril 2015 | Montreuil

Roda Do Cavaco + João Donato

en savoir plus


vendredi 17 avril

le festival  Nouveau Théâtre de Montreuil - CDN, Montreuil

Roda Do Cavaco

Brésil, France / Sambas spirituelles ou plus charnelles, cette bande emmenée par Fernando Cavaco, agile au cavaquinho et subtil au micro, fait danser avec une formule qui rappelle les meilleures heures du pagode.

Deux vers bien claqués et trois rythmes bien balancés, la roda do Cavaco tient une formule des plus efficaces, testée et éprouvée depuis plus de sept ans. Fernando Cavaco en est l’instigateur. Ce Pauliste fréquente depuis qu’il est comme trois mangues les traditions du chorinho et de la samba. Une expertise du répertoire couplée à une plume ciselée lui ont permis de fédérer une belle équipe au diapason de ses intentions : monter un rendez-vous régulier qui comble tout autant les amateurs que les danseurs de samba. Telle est la force de ce pagode (club en anglais, c’est-à-dire une réunion régulière et plus ou moins informelle de sambistes) parisien qui parvient à retranscrire sans jamais la trahir l’atmosphère typique. Entrez dans la ronde !

www.rodadocavaco.com

FERNANDO CAVACO chant, cavaquinho, MATTHIEU DOAT banjo, choeurs, NATALLINO NETO repique de mao, choeurs, ERIVELTON SILVA pandeiro, chant, RODRIGO DE OLIVEIRA rebolo, chant, MARIVALDO PAIM tantam, choeurs///Photo(c)Clément Sz

+

João Donato

Brésil / A 80 ans, Joao Donato est ce qu’on pourrait appeler une légende vivante au Brésil. Et pourtant ce pianiste et compositeur n’avait joué qu’une fois à Paris, et encore pour quelques happy fews …

Le natif de l’Acre, un état du Nord du Brésil fut à la genèse de la bossa nova, lorsqu’il traînait dans les années 60 avec ses voisins du quartier Tom Jobim, Johnny Alf, Luiz Bonfá, et bientôt Joao Gilberto… Dix ans plus tard, il triomphe encore en enregistrant à Los Angeles Bad Donato, un concentré de funk amazonien, de psyché et d’afro-cubain. Puis enchaîne avec le génial Quem é Quem, où la samba se mixe à l’expérimental… Comme un résumé du style Donato : tout à la fois décontracté et rigoureux, crossover et expérimental, énergique et d’une infinie douceur. Autant de qualités qui seront d’autant mieux soulignées qu’il vient clôturer banlieues Bleues avec une sacré paire, le batteur Robertinho Silva et le bassiste Luiz Alves, ses amis de plus de trente ans…

JOAO DONATO piano, ROBERTINHO SILVA batterie, LUIZ ALVES basse ///Photo©Ekaterina Bashkirova



vendredi 17 avril 2015 | Paris

Art sonic & l'orchestre éphèmere

en savoir plus


vendredi 17 avril

le festival  Atelier du Plateau, Paris 19e

Art sonic & l'orchestre éphèmere

France, Italie / Ni jazz, ni classique ni même contemporain, furieusement actuel tout simplement : ce quintette majeur pratiquant une sorte de musique de chambre progressiste invite cinq nouveaux et prestigieux complices.

C'est une histoire de souffle continu. Avec un basson, un cor et un hautbois à leurs côtés, le flûtiste Joce Mienniel et le saxophoniste Sylvain Rifflet ont expérimenté une formule jamais entendue dans le jazz et trouvé in fine matière à accoucher d’une bande-son originale, qui brise les ½illères stylistiques. Et au-delà des mots qui enserrent, Art Sonic continue de tracer les contours d'un territoire ouvert à tous les vents, en invitant cinq personnalités singulières, cinq instrumentistes aux timbres rares – harpe, cristal Baschet, celesta, clavecin, bois et percussions métalliques, pour démultiplier encore leurs possibilités déjà si étendues. A couper le souffle ?

www.drugstoremalone.com

SYLVAIN RIFFLET saxophone, clarinette, JOCE MIENNIEL flûtes, SOPHIE BERNADO basson, CEDRIC CHATELAIN hautbois, cor anglais, BAPTISTE GERMSER cor, BENOIT DELBECQ celesta, EVE RISSER clavecin, HÉLÈNE BRESCHAND harpe, CLAUDIO BETINELLI percussions, THOMAS BLOCH theremin///Photos©O.C.Degen

Production l'ATELIER DU PLATEAU / PARIS 19 ème

Tarifs:TP 12¤ / TR1 10¤ étudiants,demandeurs d'emploi, intermittents, abonnés Festival Banlieues Bleues. Autre date de concert : Samedi 18/04 à 20h00 ATTENTION LES QUOTAS BANLIEUES BLEUES SONT ATTEINTS il reste des places pour le 17/04 et le 18/04 sur www.atelierduplateau.org



jeudi 16 avril 2015 | Clichy-sous-Bois

Dhafer Youssef Birds Requiem

en savoir plus


jeudi 16 avril

le festival  Espace 93 Victor-Hugo, Clichy-sous-Bois

Dhafer Youssef Birds Requiem

Tunisie, Norvège, Estonie, Angleterre, Hongrie / Mystique et novateur, le chanteur et oudiste tunisien dans son projet le plus épuré et personnel. Dix ans après le séminal « Digital Prophecy », il retrouve la guitare céleste du Norvégien Eivind Aarset.

Il fait partie de ceux qu’on pourrait appeler les « citoyens du monde ». Issu d’une lignée de muezzins en Tunisie, Dhafer Youssef découvre le jazz à 22 ans alors qu’il s’installe en Autriche. Depuis, le chanteur et joueur de oud s’est toujours rapproché des traditions du monde entier : le Cuba d’Omar Sosa, la Norvège de Bugge Wesseltoft, l’Inde de Jatinder Thakur ou l’Arménie de Tigran Hamasyan. Dans ce « Birds Requiem », on retrouve comme magnifiées toutes les facettes de son ADN : une voix équilibriste et haut perchée, une émotion à fleur de peau, un lyrisme au carrefour de l’Orient et de l’Occident. Jamais la musique de Dhafer Youssef n’avait semblé aussi habitée.

www.dhaferyoussef.com

DHAFER YOUSSEF oud, voix, KRISTJAN RANDALU piano, PHIL DONKIN basse, FERENC NEMET batterie, EIVIND AARSET guitare///Photo(c) Shiraz Fradi



mercredi 15 avril 2015 | Pantin

ZAPP4 - JAN BANG + Remix: Fennesz + Vegan Dallas + Remix: Jan Bang - Erik Honoré - Eivind Aarset

en savoir plus


mercredi 15 avril

le festival  La Dynamo de Banlieues Bleues, Pantin

ZAPP4 - JAN BANG

Pays-Bas, Norvège / La rencontre entre un quatuor hollandais et le grand manitou de Punkt  abolit les frontières entre machines et instruments à cordes.

Novembre 2013. Invité à improviser avec Zapp4, Jan Bang n’en revient pas. Ce quatuor à cordes hollandais a réussi à rebondir avec ses ordinateurs-créateurs avec une interactivité incroyable. Depuis, le Norvégien ne lâche plus les quatre instrumentistes. Il les a invités dans son Punkt Festival et n’a de cesse de promouvoir leur capacité inouïe à s’approprier tous les répertoires. Zapp4 peut magnifier les chansons de Radiohead comme vagabonder avec leurs cultissimes concitoyens pop de The Nits, s’amuser avec Marc Ribot, groover avec Jozef Dumoulin, ou générer tout simplement une musique cinématographique qui surgit par vagues, entre émotion et tourment.

www.zapp4.com

JASPER LE CLERCQ violon, JEFFREY BRUINSMA violon, OENE VAN GEEL alto, EMILE VISSER violoncelle, JAN BANG live sampling///Photo(c)Merljin Doomernik

+

Remix: Fennesz

Autriche / Guitariste coloriste et artisan de l’ambient, l’Autrichien cisèle le son comme personne. Agitateur de l’ombre de la musique électronique, il n’a pas son pareil pour tirer la beauté du chaos.

Christian Fennesz, c’est le secret le mieux gardé d’Autriche. Depuis vingt ans, ce guitariste iconoclaste s’est fait le héraut très discret de l’électronique organique. Avec son ordinateur, ses effets et sa six-cordes électrique, il construit des ballades sauvages sans paroles, des cathédrales de bruits blancs, des poèmes sonores et agités. Admirateur des Beachs Boys comme de Brian Eno, l’Autrichien n’est pas seulement un expérimentateur sonique, c’est un délicat faiseur de mélodies dont le nom circule comme un sésame dans le monde des musiques non formatées : David Sylvian, Ryiuchi Sakamoto ou Mike Patton appartiennent à son cercle de fans et de proches collaborateurs.

www.fennesz.com

CHRISTIAN FENNESZ machines///Photo(c)LuisMartins

+

Vegan Dallas

France / Avant-première d’un quartette formé par des chevilles ouvrières du collectif Coax. Périple indus au c½ur de la matière sonore, ce groupe sidérant manie et collectionne les instruments chinés, déstructurés ou martelés.

Depuis sa création en 2008, Coax a tout du parfait petit chimiste : le collectif multiplie à l’envi les combinaisons entre ses éléments. Vegan Dallas en sera la preuve vivante : Benjamin Flament, Julien Chamla, Richard Comte et Simon Henocq ont tous déjà joué l’un avec l’autre dans Helved Rüm, Hippie Diktat ou encore We Are All Americans. Aujourd’hui, le quatuor se rassemble autour d’une envie, celle de marier les contraires. Pour générer une musique urbaine et rurale, électronique et acoustique, bruitiste et mélodique, ils invoquent l’½uvre de John Cage comme la transe Gnawa, les sons du périph’ comme les idiomes de Bali. Le résultat ? Une station musicale qui dévoile une galaxie de sons au-delà de l’espace-temps.

www.vegandallas.net

BENJAMIN FLAMENT percussions, électroniques, JULIEN CHAMLA batterie, harpe, basse electrique, RICHARD COMTE guitare préparé, objets, voix, SIMON HENOCQ électroniques, machines, ADRIAN BOURGET sonorisation, mise en espace/// Photo(c)Aurélien Ruellet

+

Remix: Jan Bang - Erik Honoré - Eivind Aarset

Norvège / Dernier remix, par le duo fondateur du Punkt Festival accompagnés d’un as de la guitare boréale.

Plus proches de Gilbert & George que de Daft Punk, Jan Bang et Erik Honoré sont de véritables coloristes musicaux, des performeurs de la matière auditive, des sculptures de textures sonores. Ils assurent comme il se doit la clôture de ces trois soirs de Punkt@Banlieues Bleues, pour remixer le concert des français de Vegan Dallas en compagnie d’un de leurs partenaires de jeux préférés : le guitariste Eivind Aarset. Membre éminent de la scène scandinave comme de la famille Punkt – c’est à Bang et Honoré qu’il a fait appel pour son dernier disque chez ECM,-, le Norvégien fait sortir de sa six-cordes électrique des bruits inouïs, entre rêve et cauchemar.

JAN BANG live sampling, ERIK HONORÉ live sampling, Eivind Aarset live sampling



mardi 14 avril 2015 | Pantin

Magnetic Ensemble Dancing Alone + Remix: Per Martinsen [Mental Overdrive]

en savoir plus


mardi 14 avril

le festival  Salle Jacques Brel, Pantin

Magnetic Ensemble Dancing Alone

France / Quand le batteur du Surnatural Orchestra donne sa conception de la transe organique, ça donne un sextet orgiaque porté par la voix de crooner mystique de Thomas de Pourquery.

Avec un vibraphone trafiqué, un piano préparé, une basse mastoc, des percussions acoustiques, une batterie hypnotique, le Magnetic Ensemble concocte une électro faite de bric, de broc et de transe, qui doit plus à Steve Reich qu’à la dance FM. Mené par Antonin Leymarie, le combo conserve l’esprit de fête, l’alchimie et la folie qui agitent le Surnat’, le big band turbulent qu’il a co-fondé en 2001, avec en plus le paroxysme de la transe, rythmique et mélodique. Car le sextette ne propose pas uniquement des chansons sans paroles. Et quand la voix ovniesque de Thomas de Pourquery déboule pour essaimer des mantras troublants, le Magnetic Ensemble rend l’art de la danse aussi sombre que joyeux. Comme la vie.

www.magneticensemble.tumblr.com

ANTONIN LEYMARIE batterie, compositions, SYLVAIN LEMETRE percussions acoustiques & vibraphones, BENJAMIN FLAMENT percussions traitées & vibraphone, FABRIZIO RAT piano préparé, ADRIEN SPIRLI synthétiseur basse, THOMAS DE POURQUERY voix///Photos© Sylvain Gripoix

+

Remix: Per Martinsen [Mental Overdrive]

Norvège / En toute logique, c'est au maître pionnier de la techno norvégienne, aussi connu sous le nom de Mental Overdrive, qu'est confié le remix du Magnetic.

www.mentaloverdrive.com

http://culturebox.francetvinfo.fr/festivals/banlieues-bleues/magnetic-ensemble-au-festival-banlieues-bleues-214543

PER MARTINSEN machines///Photo©Christian Nilsen

Concert retransmis sur CULTUREBOX.



lundi 13 avril 2015 | Pantin

PUNKT + érik honoré Héliographs + Remix : Per Martinsen [Mental Overdrive] + Sidsel Endresen - Stian Westerhus Duo + Remix: JAN BANG - AUDUN KLEIVE

en savoir plus


lundi 13 avril

le festival  La Dynamo de Banlieues Bleues, Pantin

PUNKT

Banlieues Bleues se met à nouveau à l’heure de Punkt, le concept des Norvégiens Jan Bang et Erik Honoré où des concerts mûrement choisis sont immédiatement suivis par leur live remix. Après une première invitation lors de l’édition 2012, cette nouvelle collaboration recrée, pour trois soirs consécutifs en 10 plateaux musicaux, le contexte du festival de Kristiansand, devenu un must dans le milieu averti de la musique. Face A, le concert en bonne et due forme, face B, sur la même scène, son effet réplique, confié à un ou plusieurs musiciens. Jazz mutant et free electronica, chansons frissonnantes et techno acoustique, ces trois soirées Punkt@BanlieuesBleues proposent un jeu de multipistes entre présent recomposé et futur simultané, et promettent un électrochoc en forme de soundclash et une expérience de concerts hautement originaux qui renvoient à l’incertain jazz.

+

érik honoré Héliographs

Norvège / Fascinant sculpteur de matière sonore, le Norvégien co-fondateur du Punkt Festival présente son premier projet solo : une divagation électro-organique inspirée de son premier roman Orakelveggen.

Longtemps Erik Honoré s’est caché de bonne heure : sorte de Brian Eno de la scène norvégienne, il aidait les autres à façonner leur son, Arve Henriksen en tête. A presque 50 ans et après moult remixes et disques avec son compère du Punk Festival Jan Bang, le Scandinave s’est décidé à prendre le devant de la scène. Ça valait le coup d’attendre : carnaval d’ambiances magnétiques, « Heliographs » fait figure de B.O. d’abysses délicieusement bizarres. Cut-up de samples séraphiques, le disque prend sur scène une nouvelle dimension par la grâce de la trompette brumeuse de Nils Petter Molvær, de la guitare impressionniste d’Eivind Aarset et des percussions élégantes d’Ingar Zach.

www.hubromusic.com/erik-honore-heliographs

www.punktfestival.no

ERIK HONORÉ machines, live sampling, NILS PETTER MOLVAER trompette, EIVIND AARSET guitare, INGAR ZACH percussions /// Photo©Natalia Kutsepova

+

Remix : Per Martinsen [Mental Overdrive]

Norvège / Connu sous le pseudo Mental Overdrive, Per Martinsen pratique la musique électronique depuis bientôt trois décennies sous toutes ses formes : techno, house, ambient, abstract…

Ses premiers EP, il les a publiés sur le fameux label belge R&S. Puis il va se brancher avec les pionniers de la fjörd touch. Il mixe et remixe les musiciens du catalogue Jazzland, publie sur le séminal Smalltown Supersound, tout en se pluggant avec l’art contemporain, à travers ses propres installations, tout en designant des films… Per Martinsen est un artiste complet, à l’image de son kit esthétique : quelque part entre les productions dance-floor et les abstractions sonores. Autant dire que ce parrain de la techno norvégienne, qui prône la transgression des genres, trouve dans l’idée du live remix un écho à toutes ses réflexions.

www.mentaloverdrive.com

PER MARTINSEN machines ///Photo©Christian Nilsen

+

Sidsel Endresen - Stian Westerhus Duo

Norvège / Ces deux Norvégiens aiment bousculer les conventions : une voix équilibriste, une guitare maquillée d’effets et des centaines de possibilités. Un folklore ultra contemporain et électrisant.

Sur le papier, l’alliance de Sidsel Endresen et Stian Westerhus, c’est la rencontre de la glace et du feu. L’une n’a que sa voix pure et dure pour instrument, l’autre multiplie les effets fous avec sa guitare. La première est une fan des folklores traditionnels du monde entier, le second est un aficionado d’électricité et de rythmes mastocs. En réalité, ils ont beaucoup en commun : ils ont travaillé avec Nils Petter Molvær, ils aiment mêler musique acoustique et électro organique, ils raffolent des chemins de traverse, ils éprouvent inlassablement les limites de leur instrument. Depuis cinq ans, leur duo est un ravissement expérimental sans cesse renouvelé.

www.sidselendresen.com

stianwesterhus.com/Wordpress

SIDSEL ENDRESEN chant, STIAN WERSTERHUS guitare ///Photo©Andreas Ulvo

+

Remix: JAN BANG - AUDUN KLEIVE

Norvège / Aux frontières de toutes les esthétiques, ces deux pionniers de la scène norvégienne réinventent le présent depuis plus de vingt ans.

Le premier a officié aux baguettes derrière toute la scène jazz et musique improvisée norvégienne, devenant un des piliers du label Jazzland, où il signera notamment le prophétique Generator X en 2000. Le second fut aux manettes de nombreux projets depuis un quart de siècle, avant de créer en 2005 avec Erik Honoré le Punkt festival, un concept-festival qui vise à produire en direct des remixes de ce qui vient de se jouer ailleurs. Ensemble, les voilà réunis pour un live remix, entre organique et numérique, entre présent recomposé et futur antérieur… Des expérimentations qui vont aiguiser la créativité de ces deux aventuriers, pour une expérience qui fera dresser l’oreille de tous.

JAN BANG live sampling, ANDUN KLEIVE percussions ///(c)DR



samedi 11 avril 2015 | Gonesse

Moh ! Kouyate + Lucky Peterson The son of a bluesman

en savoir plus


samedi 11 avril

le festival  Salle Jacques Brel, Gonesse

Moh ! Kouyate

France, Guinée / Moh Kouyaté, un diminutif qui claque. Celui d’un jeune musicien guinéen débarqué à Paris il y a 7 ans et en train d’y faire sensation.Dans ses bagages, toute sa “musique racine”, le groove afro-mandingue, mais aussi le blues.

Il y a dix ans tout juste, Corey Harris s’exclamait lors de leur première rencontre. “Qu'est-ce que tu joues là ? Tu es déjà allé dans le Mississippi !” Non, Moh Kouyaté n’avait jamais mis les pieds dans le Sud Profond. Ce qui ne l’empêche nullement de maîtriser les codes ancestraux du blues, tout comme il connaît sur le bout des doigts le répertoire mandingue, dont ce fils de griot fut bercé par ses aînés. En 2006, l’Américain et l’Africain partiront en tournée aux Etats-Unis. Et désormais installé en France, Moh ! sort cette année son premier album, Loundo, une petite bombe afro-funk, afro-beat, afro-blues. Révélation !

www.mohkouyate.com

MOH KOUYATE chant, guitare, SEKOU KOUYATE guitare, SYLVAIN RUBY basse, THIBAULT BRANDALISE batterie///Photo©Hugues ANHéS

+

Lucky Peterson The son of a bluesman

Etats-Unis / Lucky Peterson, la classe biberon des précoces, est tombé dedans tout petit. A cet irréductible blues, il a su ajouter une dose de groove bien senti.

“Mon père m’a nourri au blues avant que je puisse marcher.” Organiste et guitariste, compositeur et chanteur, Lucky Peterson est un surdoué, du genre multirécompensé. À cinquante ans, celui qui pulsait sur les genoux de Willie Dixon peut désormais postuler au titre de gardien de la flamme. Ce blues dont parle The Son Of A Bluesman, son dernier album. Entre classiques implacables (ses maîtres à jouer Bobby “Blue” Bland et Wilson Pickett, mais aussi Johnny Nash) et compositions originales (dont un terrible “Lucky Your Dog”), il y a manie idées noires et notes d’espoir, il y marie gospel et rock'n'roll, sur l’autel du blues, et nous plonge dans les tréfonds d’une longue histoire.

www.lucky-peterson.com

LUCKY PETERSON guitares, voix, orgue hammond, roland rd700, SHAWN KELLERMAN guitare, TIMOTHY WAITES basse, RAUL VALDES batterie, SHAWN KELLERMAN guitare, XAVIER JACKSON claviers///Photo©JMLUBRANO



vendredi 10 avril 2015 | Aubervilliers

DAKAR IS RAP + Le journal rappé + Matador + FOU MALADE & BAT'HAILLONS BLIN-D

en savoir plus


vendredi 10 avril

le festival  L'Embarcadère, Aubervilliers

DAKAR IS RAP

Sénégal / Si le rap a déjà une longue histoire au Sénégal, une nouvelle vague a surgi avec les années 2.0. en écho aux aspirations de la jeunesse sur la côte ouest de l’Afrique. Dans les banlieues de Dakar, autour de quelques figures, dont le précurseur Matador et le visionnaire Fou Malade, cette scène bouillonnante est devenue le média majeur pour appeler au réveil d’un peuple fatigué par la crise économique et le pouvoir politique. Revue des troupes avec les nouveaux héros du hip hop sénégalais qui font bouger la musique et la société.

+

Le journal rappé

Sénégal /

En 2012, les rappeurs Xuman (ex Pee Froiss) et Keyti lancent leur « Journal Rappé », une synthèse très rythmée - dix minutes, cinq en français, cinq en wolof- de l’actualité, abordant les sujets qui ont un impact sur la vie des Sénégalais (politique, santé, écologie, sports…), en rap et en rimes, sans surtout se priver de l’angle humoristique, histoire de porter la parole encore plus loin. Conçu au départ pour You Tube, le Journal Rappé est devenu un phénomène dans le pays et au-delà, qui fortifie la liberté d’expression et le sens critique. Sa version scénique connaît un vif succès dans les soirées rap de Dakar.

KEYTI voix, XUMAN voix, DAOUDA FALL vidéo///Photo XUMAN©Ch.Chabrol

+

Matador

Sénégal /

Une figure tutélaire et un précurseur de la structuration de la nouvelle scène rap dakaroise. En 2006, le rappeur, déjà connu avec son groupe WaBMG44 (44 en hommage aux tirailleurs sénégalais rapatriés après la libération de la France et assassinés en 1944 par les troupes coloniales), décide d’organiser des concerts de solidarité pour les victimes des inondations en banlieue après la saison des pluies. Dans la foulée, porté par la soif de culture des habitants et leur désir de remettre sur pied leur quartier, il fonde l’association Africulturban et le festival Hip Hop Festa2H. Ancré à Pikine, Matador a permis de former nombre de jeunes sur le terrain des cultures urbaines. « Je suis un rappeur, je connais le Hip Hop et je sais ce que le Hip Hop peut apporter ». Urbain, saillant, brillant, son rap en wolof à la classe old school et au ton revendicatif, ne cache pas sa colère face aux problèmes sociaux et à l’impunité des politiques, comme dans son explicite dernier album, Vox Populi.

MATADOR voix, El Che voix, DJ MAT KILLER dj///Photo Matador©Sandy Haessner

+

FOU MALADE & BAT'HAILLONS BLIN-D

Sénégal, Nigéria, Bénin /

Fou Malade, selon le sobriquet qu’il s’est choisi « parce qu’il me donne une certaine liberté », a été propulsé en quelques années sur le devant de la scène Hip Hop sénégalaise. Cette notoriété, il la doit autant à son talent musical – des hits ultra-malicieux, basés sur l’humour, la satire et la description brute de la réalité sociale – qu’à ses prises de position anticonformistes et à son engagement dans Y’En A Marre, le populaire mouvement de protestation citoyenne fondé en 2011 par des rappeurs et journalistes contre la corruption politique et les problèmes de la société, dont il est devenu le directeur artistique. Depuis lors, le message perdure : « Nous appelons à un changement des comportements ». D’où RésistaNTS, le titre du nouvel album de Bat’Haillons Blin-D, son formidable posse de la banlieue de Guediawaye, un vrai groupe à la musicalité bondissante, à l’âme rebelle et à l’énergie positive, ni folle, ni malade : « Résister : se construire par les obstacles, devenir constant, s’obstiner dans le travail. Résister à la résignation, au sommeil, à la destruction de soi et des autres. Résister : rester vrai ».

FOU MALADE voix, OUSMANE MAMADOU TALLA voix, PAPA DEMBA AW voix, MAMADOU WADE KANE dj, WILFRIED AMBROISE saxophone, MICHAEL ADEMOLA clavier, ABDOULAYE SECK guitare basse, PAPE ABDOULAYE DIENG batterie///Photo Fou Malade©INA



mercredi 08 avril 2015 | Pantin

Ala.Ni + Blick Bassy Akö

en savoir plus


mercredi 08 avril

le festival  La Dynamo de Banlieues Bleues, Pantin

Ala.Ni

Grande-Bretagne / Cette Londonienne a connu mille et une vies : choriste de Mary J. Blige, créatrice de mode, compositrice pour Nitin Sawhney. Elle sort enfin son premier projet solo entre swing délicat et pop mélancolique.

Dans une époque où chaque artiste débarque avec une bio mastoc et un matériel promo prolixe, la mystérieuse ALA.NI détonne. Comme si elle voulait que l’auditeur se concentre uniquement sur sa voix (veloutée) et ses chansons (aériennes). Le clip qu’elle a publié pour Suddenly témoigne de cette envie de dépouillement : sur des images furtives en noir et blanc, la Londonienne interprète une ballade intemporelle, mi-berceuse fifties de Broadway et mi-bijou pop à la Sade. Elle a été finalement repérée l’an dernier par le label No Format, qui sort ce printemps son premier EP. Il faut dire que sa démarche toute en retenue n’est pas sans rappeler celle d’un Vincent Ségal ou d’un Piers Faccini.

www.ala.ni

ALA.NI guitare, voix, ROB UPDEGRAFF guitare ///Photo©DR

+

Blick Bassy Akö

Cameroun, France / Chanteur à fleur de voix, compositeur de mélodies au charme trouble, auteur à la plume ciselée, le Camerounais présente sur scène un tout nouvel album stupéfiant, en partie inspiré par le génial bluesman Skip James.

Akö, le surnom que se donnent les vieux entre eux au village, chez les Bassa, sa terre familiale, tel est le titre de ce nouveau recueil produit par l’aventurier label No Format. Le natif de Yaoundé a aussi puisé une part d’ influence sur les rives du Mississippi, où la musique de Skip James a servi de guide. Blick Blassy y sculpte des mélodies sublimement minimales où la moindre note fait sens, des perles taillées précieusement où chaque mot compte, y fait passer émotions et messages avec une densité nouvelle. « A la croisée de tous les temps, une musique miraculeuse née de la rencontre magique entre un jeune musicien et le fantôme bienveillant d’un bluesman du siècle dernier ». Première sur scène.

www.blickbassy.com

BLICK BASSY guitare, CLEMENT PETIT violoncelle, choeurs, JOHAN BLANC trombone, choeurs///Photo(c)Denis Rouvre

Blick Blassy est en résidence à La Dynamo avec le soutien du CNV (Centre National de la chanson, des variétés et du jazz).

Mercredi 11 mars 2015 à 17h30 - rencontre musicale Maison de quartier – Centre social des Quatre Chemins – 42 av. Edouard Vaillant 93500 Pantin Mardi 31 mars 2015 à 12h30 - répétition publique (entrée libre) Université Paris 13 - Campus de Bobigny - Service culturel - Foyer de l'Illustration - 1 rue de Chablis - 93000 Bobigny



lundi 06 avril 2015 | Paris

CINEMA QUITTE LE POUVOIR

en savoir plus


lundi 06 avril

le festival  Le louxor, Paris 10

CINEMA QUITTE LE POUVOIR

Sénégal / DE AIDA GROVESTINS| SÉNÉGAL | 2014 | 36’ DOCUMENTAIRE AVEC ANIMATIONS | VOSTF

Dakar, Sénégal, 2012. La réalisatrice suit pendant un an de jeunes rappeurs et journalistes excédés par la situation chaotique du pays – coût de la vie trop élevé, coupures d’électricité, corruption – et initient “Y’en A Marre ”, un mouvement citoyen non violent poussant la jeunesse à être actrice du changement. Ils risquent leur vie pour prendre la rue et protester pacifiquement contre la candidature du président Wade, qui se présente pour un troisième mandat.

Réalisation AIDA GROVESTINS - Production MACHTELD AARDSE et AIDA GROVESTINS

Séance suivie d’un débat avec Fou Malade et Keyti… (voir concert du 10 avril). En partenariat avec le cinéma Le Louxor www.cinemalouxor.fr

LE LOUXOR 170 BOULEVARD DE MAGENTA 75010 PARIS - M° BARBÈS - TARIF UNIQUE 3¤ SUR PLACE