tarifs/abonnements
newsletter
recherche



vendredi 13 avril 2012 | Bobigny

JOHN ZORN'S BOOK OF ANGELS : + MASADA STRING TRIO + Mycale + BANQUET OF THE SPIRITS PLAY MASADA

en savoir plus


vendredi 13 avril

le festival  MC93, Bobigny

JOHN ZORN'S BOOK OF ANGELS :

Etats-Unis / Une soirée de clôture spécialement imaginée par l’insaisissable saxophoniste et compositeur américain, qui délègue trois groupes magiques pour servir les mélodies piochées dans son gargantuesque répertoire.

Avant de devenir l’un des compositeurs les plus importants de ces trente dernières années, John Zorn a longtemps hésité avec le cinéma. C’est pourquoi les « marathons » musicaux qu’il programme désormais aux quatre coins du monde, sont bâtis comme des scénarios pleins de nuances et de rebondissements. Pour Banlieues Bleues, il a choisi trois groupes (où il ne figure pas en tant que musicien), trois manières d’interpréter quelques-unes de ses 300 nouvelles mélodies au lyrisme envoûtant qui forment le « Book of Angels ». Du virevoltant et fameux Masada String Trio au psychédélico-oriental Banquet of Spirits en passant par le grisant quatuor a capella Mycale, un arc-en-ciel d’émotions qui vont de cris en chuchotements.

+

MASADA STRING TRIO

Etats-Unis /

Mark Feldman violon, Erik Friedlander cello, Greg Cohen basse

+

Mycale

Etats-Unis /

Ayelet Rose Gottlieb voix, Basya Schechter voix, Malika zarra voix, Sofia Rei Koutsouvitis voix

+

BANQUET OF THE SPIRITS PLAY MASADA

Etats-Unis /

Cyro Baptista percussions, Brian Marsella Keyboards, Shanir Blumenkranz basse, oud, Tim Keiper batterie



jeudi 12 avril 2012 | Clichy-sous-Bois

MISJA FITZGERALD MICHEL TIME OF NO REPLY, A PORTRAIT OF NICK DRAKE + RABIH ABOU KHALIL QUINTET MEDITERRANEEN

en savoir plus


jeudi 12 avril

le festival  Espace 93 Victor-Hugo, Clichy-sous-Bois

MISJA FITZGERALD MICHEL TIME OF NO REPLY, A PORTRAIT OF NICK DRAKE

France, Royaume-Uni / Le sens de l’épure, l’essence de la musique, c’est cela qu’a touché du doigt le guitariste Misja Fitzgerald Michel, en relisant avec sa guitare acoustique les chansons du songwriter Nick Drake.

J'écoute

Mort à vingt-six ans, Nick Drake n’a laissé que trois disques. Un chapelet de chansons atemporelles, des modèles de grâce qui n’ont cessé depuis de hanter les esthètes de la musique. Ces notes teintées d’un certain blues, ces bleus à l’âme, agissent à la manière des lumineux clairs-obscurs comme des révélateurs sur la personnalité de celui qui s’y plonge. De tels tréfonds poétiques, on ne ressort pas tout à fait le même, on en revient encore plus sûr, toujours plus fragile, sur le fil. Ce sont ces éclats d’âme qui réfléchissent sur le guitariste Misja Fitzgerald Michel à quarante ans de distance, pour un duo en forme d’autoportrait qui en revient à l’essence de la musique.

http://www.myspace.com/misjafitzgeraldmichel

Misja Fitzgerald Michel guitare, Olivier Koundouno violoncelle

Photo ©DR

Misja Fitzgerald Michel est en résidence à La Dynamo de Banlieues Bleues avec le soutien du CNV

+

RABIH ABOU KHALIL QUINTET MEDITERRANEEN

Liban, Italie, France, Turquie, Etats-Unis / Ancré dans la Méditerranée, mais aux frontières de toutes les esthétiques, entre le baroque français et la tradition moyen-orientale, le oudiste libanais Rabih Abou-Khalil n’a jamais perdu le fil de sa propre histoire, tel un Ulysse du jazz métisse.

J'écoute

Nul n’a ainsi oublié ce fabuleux « Blue Camel », où le Libanais alors installé en Allemagne faisait chevaucher la monture du désert aux lisières d’un jazz modal et nomade… Ce n’était que l’un des premiers épisodes de cette singulière épopée au cours de laquelle cet étonnant voyageur aura embarqué de cosmopolites équipiers au long cours en une quête, entre l'Orient rétro-futuriste et l'Occident post-moderne, qui n’a rien d’un ego-trip. Non, ce joueur (au plein sens du terme) tisse des liens entre les mondes et les traditions (arabe, jazz, blues) pour mieux nous (y) entendre. Et c’est de cette oreille qu’il faut comprendre chacune de ses explorations qui vise à redimensionner la cartographie sonore.

www.myspace.com/rabihaboukhalil

Rabih Abou Khalil oud, Gavino Murgia saxophone soprano & chant sarde, Michel Godard tuba, Luciano Biondini accordéon, Jarrod Cagwin batterie

Photos©DR

Dans le cadre du programme Una Striscia Di Terra Feconda de l’AFIJMA



mercredi 11 avril 2012 | La Courneuve

HAROLD LOPEZ-NUSSA TRIO & MAMANI KEITA MALI CUBA + AMBROSE AKINMUSIRE QUINTET

en savoir plus


mercredi 11 avril

le festival  Houdremont - Scène Conventionnée, La Courneuve

HAROLD LOPEZ-NUSSA TRIO & MAMANI KEITA MALI CUBA

Mali, Cuba / Interrogeant avec sensibilité et virtuosité les multiples racines qui ont fécondé la musique cubaine, le pianiste invite la chanteuse malienne Mamani Keita à rejoindre son fidèle trio.

J'écoute

Après de sérieuses études classiques et quelques concours enlevés haut le poignet, ce pur produit de l’école cubaine a fait ses classes dans les orchestres symphoniques comme derrière les grandes chanteuses, tout en développant son propre univers. Un monde où la conscience de l’héritage donne tout leur sens à ses improvisations, quelque part entre les grands maestros cubains et les tutélaires jazzmen américains. « Un pays de merveilles », si l’on en croit le titre et la musique de son quatrième disque en tant que leader, qui peut se révéler à l’écoute des chanteuses. Pour preuve, après avoir accompagné la diva Omara Portuondo, il convie pour Banlieues Bleues la formidable Mamani Keita, l’une des plus étonnantes voix africaines d’aujourd’hui.

www.myspace.com/haroldlopeznussa

http://mamani.keita.free.fr/

Harold Lopez-Nussa piano, Fender Rhodes, Felipe Cabrera contrebasse,Ibrahima Diabaté dundun et kenkeni, Ruy Adrian Lopez-Nussa batterie, Mamani Keita voix

Photos Harold Lopez-Nussa©Patricia de Gorostarzu, Mamani Keita©Emma Pick

+

AMBROSE AKINMUSIRE QUINTET

Etats-Unis / A peine trente ans et déjà l’assurance et le pedigree d’un vieux briscard : la relève de la trompette volcanique made in Blue Note est assurée avec cet Américain qui sait conjuguer le jazz à tous les temp(o)s.

J'écoute

Son nom est aussi sibyllin que son jeu de trompette limpide. Mais ce prénom latin et ce patronyme africain d’origine nigérianne, beaucoup le connaissent à présent par c½ur, tant ce jeune Américain fait partie des plus éclatantes révélations de l’année passée. Repéré par Steve Coleman alors qu’il venait de souffler ses dix-huit bougies, Ambrose Akinmusire a ensorcelé la jazzosphère en à peine dix ans. Adoubé par Terence Blanchard, Herbie Hancock, Jason Moran et Michel Portal, il a intégré la mythique firme Blue Note l’an dernier. A la fois dynamiteur de swing héritier de Clifford Brown et maestro de la ballade molletonnée, ce trentenaire surdoué joue, déjoue et rejoue la tradition sans formol.

www.ambroseakinmusire.com/

Ambrose Akinmusire trompette, Walter Smith III saxophone ténor, Sam Harris piano, Harish Raghavan contrebasse, Justin Brown batterie

Photos©Clay Patrick McBride



mercredi 11 avril 2012 | Paris

PUNKT@BANLIEUESBLEUES CONCERTS & LIVE REMIXES

en savoir plus


mercredi 11 avril

le festival  Le Centquatre, Paris

PUNKT@BANLIEUESBLEUES CONCERTS & LIVE REMIXES

Norvège, Ethiopie, France, Etats-Unis, Royaume-Uni / Punkt, c’est le festival devenu un must dans le milieu averti de la musique : chaque fin d’été, dans une petite ville norvégienne, se succèdent des concerts et leurs remixes acoustiques live. Mini-édition parisienne, en exclusivité française.

Face A , le concert en bonne et due forme ; face B: son remix dans un studio ouvert au public. Autrement dit, un jeu de multipistes entre présent recomposé et futur simultané, créant par contre-coup un étonnant trouble sensoriel. Les deux concepteurs de Punkt, les musiciens- producteurs et as des manettes Jan Bang et Erik Honoré, y ont invité régulièrement des artistes qui sortent des sentiers balisés, tels David Sylvian, Jon Hassell, Arve Henriksen, Nils Petter Molvaer, Sidsel Endresen, Evan Parker ou John Paul Jones, tandis que Brian Eno sera l’artiste en résidence 2012... Forts de leur expérience en la matière, ces esthètes du sampling sonore ont préparé avec Banlieues Bleues un quadruple plateau spécial à la distribution alléchante. Jazz mutant, free electronica, chansons frissonnantes, un électrochoc en forme de sound-clash et une expérience de concert hautement originale qui renvoie à l’incertain jazz.

http://punktfestival.no/

www.104.fr/

20 h, Salle 400 : Etenesh Wassié: chant, Mathieu Sourisseau: guitare, Hamid Drake: batterie /// 20 h 50. Alpha Room : Sidsel Endresen: chant, Jan Bang: électroniques, Erik Honoré: électroniques /// 21 h40 Salle 400 : Evan Parker Sextet: Evan Parker: saxophone, Ikue Mori: laptop, Matt Wright: platines electroniques, Adam Linson: basse, Toma Gouband: percussions, Mark Nauseef: percussions /// 22 h 30. Alpha Room Evan Parker: saxophones, Nils Petter Molvaer: trompette,  Eivind Aarset: guitare, Jan Bang: électroniques, Erik Honoré: électroniques, Hamid Drake: batterie.

Photos ©Alf S Solbakken

*Concert debout



mardi 10 avril 2012 | Saint-Denis

SARAH MURCIA & FRED POULET BEAU CATCHEUR + ROY NATHANSON SOTTO VOCE feat. ELISE CARON

en savoir plus


mardi 10 avril

le festival  TGP / Théâtre Gérard Philipe, CDN de Saint-Denis, Saint-Denis

SARAH MURCIA & FRED POULET BEAU CATCHEUR

France / Avec la contrebassiste Sarah Murcia et le chanteur Fred Poulet, tout est possible, surtout le plus improbable. Le drôle de duo qu’est Beau catcheur a des idées pas franchement académiques, du style à bousculer les conventions.

J'écoute

Depuis une dizaine d’années, Sarah Murcia et Fred Poulet forment une paire d’électrons libres, qui pratiquent en toute intimité la poésie sonore dans une démarche oulipienne. Un art du grand détournement qui ne doit pas cacher, sous le masque de pince-sans-rire qu’ils affichent sur scène, le désir de mélodies de ces deux iconoclastes. « Nous ne sommes pas dans la parodie. Si on modifie les paroles, si on peut faire rire, notre amour de ces chansons est très sérieux. » « Paroles, paroles… », « Anarchy In UK », « Les Copains d’abord »… A chaque fois, Beau Catcheur dépouille ces airs populaires de leurs gangues orchestrales pour toucher du doigt et de la voix le squelette mélodique. 

www.myspace.com/beaucatcheur

Sarah Murcia contrebasse, voix, Fred Poulet voix

Photo© DR

Sarah Murcia est en résidence à La Dynamo de Banlieues Bleues avec le soutien du Département de la Seine-Saint-Denis.

+

ROY NATHANSON SOTTO VOCE feat. ELISE CARON

Etats-Unis, France / Le New-Yorkais magnifique, jongleur de beats poétiques et musicaux, et l’un de ses combos les plus virevoltants, invitent une trapéziste sans filet.

J'écoute

Fondateur des passionnants Jazz Passengers, poète allègre dans le sillage d’Allen Ginsberg, précieux saxophoniste de la scène Downtown de New York à l’instar de John Lurie ou de John Zorn, tout ce que Roy Nathanson bâtit dégage un groove engageant et une « belle humeur » engagée que renierait pas Charles Mingus. « Sotto Voce », son groupe fétiche symbolise cet esprit de décloisonnement qui agite ce tendre activiste new-yorkais depuis des décennies : il y susurre son spoken-world sur fond de post-bop, insuffle du New Orleans dans une électro do it yourself , brasse envolées à la Jackie Mc Lean et accents soul… Avec un tel combo taillé pour pétrir la boue en son-or, la chanteuse de haute voltige qu’est Elise Caron devrait se trouver fort bien entourée.

www.myspace.com/roynathanson

Roy Nathanson saxophone, Sam Bardfeld violon, Curtis Fowlkes trombone, Tim Kiah basse, Napoleon Maddox human beatbox, Elise Caron voix

Photos: Roy Nathanson©DR, Elise Caron©gala Collette

Avec un ch½ur de la ville. Atelier dirigé par Béatrice Cheramy (voix) et Pierre Allio (piano)



samedi 07 avril 2012 | Villepinte

PIERS FACCINI, SEB MARTEL & BADJE TOUNKARA THE RIVER + OTIS TAYLOR & CONTRABAND

en savoir plus


samedi 07 avril

le festival  Les Espaces V, Villepinte

PIERS FACCINI, SEB MARTEL & BADJE TOUNKARA THE RIVER

France, Mali / Un chercheur folk-pop-blues classieux, un guitariste aguerri aux équipées sauvages et un griot malien iconoclaste du n’goni, sur un bateau vers la source du blues.

On a appris à connaître l’anglo-italien Piers Faccini pour sa capacité à être brillant, quelles que soient les lumières qui l’éclairent. Celles, modestes, de ses débuts sur la scène folk-rock londonienne, celles, incandescentes, des grosses scènes en compagnie de Ben Harper ou Jack Johnson, et surtout celles, domestiques, des bougies qui tamisent la demeure cévenole d’où il conçoit désormais des albums d’une incroyable finesse. Ses chansons envoutantes, sa guitare et sa voix incroyablement délicates l’ont installé dans le paysage, à la croisée des chemins, entre la folk-music anglaise, le blues et la pop intemporelle.Trait supplémentaire, sa fascination pour la musique africaine a inspiré « The River », une envie de longue date de partir en virée musicale avec Seb Martel, guitariste lui aussi allergique aux carcans et étiquettes (Julien Lourau, M, Camille Salif Keita, Las Ondas Marteles) et Badjé Tounkara, griot et virtuose novateur du N’goni. Au départ amicale, cette réunion à trois est en passe de devenir la nouvelle expédition à suivre vers la source du fleuve Niger, et donc, comme disait Ali Farka Touré, du blues.

Piers Faccini guitare, voix, Sébastien Martel guitare, ch½ur, Badjé Tounkara n’goni

crédits peintures©Piers Faccini

+

OTIS TAYLOR & CONTRABAND

Etats-Unis / Inventeur du « trance blues », ce guitariste et joueur de banjo à la voix éraflée transcende la tradition pour délivrer une musique obsédante portée par des textes qui questionnent l’histoire des Etats-Unis.

J'écoute

Otis Taylor possède un de ces destins chaotiques qui font la légende du blues. Né à Chicago, il déménage à Denver avec sa famille après le meurtre de son oncle. Il n’a pas encore 20 ans quand il fonde son premier groupe The Butterscotch Fire Department Blues Band. Devenu antiquaire après avoir quitté la « music industry » en 1977, il opère un retour flamboyant au milieu des années 90. Depuis, Otis Taylor est devenu la perle rare de la note bleue, une exaltante bête de scène et un ciseleur de chansons hantées par des thématiques sociales et raciales. Un bluesman iconoclaste aussi tendre que viril, doublé d’un formidable raconteur d’histoires bouleversantes.

www.otistaylor.com/

http://www.myspace.com/otistaylorblues

Otis Taylor voix, guitare, banjo, Shawn Stachurski guitare, Zachary Miskin violoncelle, Todd Edmunds basse, Larry Thompson batterie, Anna Harris violon

Photos©DR



vendredi 06 avril 2012 | Bobigny

BUILD AN ARK featuring DWIGHT TRIBLE & KAMAU DAAOOD + SUPERSONIC, A TRIBUTE TO SUN RA

en savoir plus


vendredi 06 avril

le festival  Salle Pablo Neruda, Bobigny

BUILD AN ARK featuring DWIGHT TRIBLE & KAMAU DAAOOD

Etats-Unis / Ovni musical, ce fameux collectif de Los Angeles dresse depuis bientôt dix ans un pont entre le jazz cosmique des années 70 et les techniques de production actuelles.

J'écoute

Deep blues, free funk, folk freaks, rare groove, afro soul, l’alchimie singulière de Build An Ark rappelle les grandes effusions des seventies, post-psyché et proto-new world. Né en réaction au discours haineux du 11 septembre, ce collectif, fondé par les californiens Carlos Nino et Miguel-Atwood Ferguson réunit des personnalités au pedigree pour le moins décalé des injonctions de l’actualité, à l’image du chanteur Dwight Trible, le mi-crooner mi-soul brother, ou du poète Kamau Daaood, libérateur d’esprit et agitateur d’idées. Pour autant, si cet « arche de paix » reprend les idéaux et utopies à l’½uvre dans les années 70, c’est pour en extraire des joyaux mélodiques, en faisant bon usage des héritages de l’improvisation, de la soul créative et du sampling esthète. Une musique radieuse, chaleureuse, inspirante. Découverte !

www.myspace.com/buildanarkdawn

Dwight Trible voix, Kamau Daaood voix, poésie, Miguel Atwood-Ferguson violon alto, Mark de Clive Lowe piano, Trevor Ware contrebasse, Dexter Story batterie, Carlos Nino percussions, DJ, voix

Photo©DR

+

SUPERSONIC, A TRIBUTE TO SUN RA

France / Le saxophoniste le plus déluré de l’Hexagone rassemble une troupe d’intrépides touche-à-tout pour revisiter l’½uvre hors normes du plus mystique des free jazzmen. Une re-création dans tous les sens du terme.

Figure inclassable de la Great Black Music, Sun Ra fut un formidable démiurge : à mi-chemin entre le gourou et le savant fou, pionnier des machines interlopes, musicien à la discographie gargantuesque et conquistador aussi à l’aise dans le hard bop que le psychédélisme ou le free jazz, il offre une matière (super)sonique imparable que Thomas de Pourquery malaxe avec liesse et licence. Habitué des aventures collectives (é)mouvantes (Megaoctet, Rigolus), le saxophoniste électrique et électrisant a réuni une équipe de troublions aussi doués pour le jazz, le rock psyché que les ch½urs enflammés ou l’électro allumée. Plus qu’un concert-hommage : un show bouillant.

Thomas de Pourquery saxophones alto, soprano, chant, compositions, Laurent Bardainne saxophones ténor, baryton, Frederick Galiay basse électrique, électronique, Fabrice Martinez trompette, tuba, Arnaud Roulin claviers, Edward Perraud batterie et la Fanfare de Banlieues Bleues

Photos©DR

Attention: Ce concert est en places assises.



jeudi 05 avril 2012 | Pierrefitte-sur-Seine

SYLVAIN RIFFLET ALPHABET + FRANCESCO BEARZATTI X (SUITE FOR MALCOLM)

en savoir plus


jeudi 05 avril

le festival  Maison du Peuple, Pierrefitte-sur-Seine

SYLVAIN RIFFLET ALPHABET

France / Après l’épatant Rockingchair, le saxophoniste continue ses explorations électroniques gorgées de rock avec un quartette tout neuf au service d’une musique et d’un son véritablement nouveaux.

Sylvain Rifflet appartient à cette nouvelle génération de musiciens mutants qui naviguent constamment entre acoustique et informatique. Dans Rockingchair, son groupe phare créé à l’orée du millénaire, il triturait déjà avec jubilation la masse sonore à l’aide d’un ordinateur. Avec Alphabet, il pousse sa démarche à son comble : ce quartette sans batterie divague autour des lettres, de A à Z en passant par l’inévitable Q, pour bâtir un univers kaléidoscopique où les instruments sortent de leurs gonds soniques. Placées sous le haut patronage des « répétitifs » américains, de Steve Reich à John Hollenbeck, des chansons sans paroles pétries d’onirisme, de transe et de ludisme. Un must de la scène française d’aujourd’hui et de demain.

www.sylvainrifflet.com/alphabet.html

Sylvain Rifflet compositions, saxophone, clarinettes, ordinateur, instruments-jouets, électronique, Joce Mienniel flûtes, guimbarde, ordinateur, électronique, Benjamin Flament percussions et métaux traités, électronique, Phil Gordiani guitare, électronique

Photo©DR

+

FRANCESCO BEARZATTI X (SUITE FOR MALCOLM)

Italie, Etats-Unis / Le saxophoniste avait déjà esbaudi le festival avec ce quartette explosif. Le voilà de retour avec un sidérant hommage à Malcolm X.

J'écoute

Après avoir salué la mémoire de la photographe Tina Modotti, l’iconoclaste saxophoniste rend hommage à Malcolm X, en une suite en dix mouvements. A ses côtés, le même quartette Tinissima, « un ensemble fondé pour célébrer en musique des personnages qui ont majoritairement frappé mon imagination et qui dans l’histoire de l’humanité ont été porte-parole des droits des plus démunis ». C’est ainsi qu’il relie les grands épisodes de la vie du leader assassiné, entre montées surpuissantes et apnées sidérantes. Une histoire emblématique du terrible vingtième siècle, qui se conclut par un épilogue en forme de requiem, où les pleurs et les cris du saxophone ajoutent à la dramaturgie du requiem scandé par le rappeur et beat-boxer Napoléon Maddox. « That’s Enough ! »

www.francescobearzatti.com/

www.myspace.com/bearzatti

Francesco Bearzatti clarinette, saxophones, Giovanni Falzone trompette, Danilo Gallo basse, basse acoustique, Zeno de Rossi batterie, percussions, invité Napoleon Maddox voix, human beatbox, Francesco Chiacchio vidéo

Photos©Valentino Griscioli

Dans le cadre du programme Una Striscia Di Terra Feconda de l’AFIJMA



dimanche 01 avril 2012 | Bobigny

COSMIC SONGS

en savoir plus


dimanche 01 avril

le festival  Salle Pablo Neruda, Bobigny

COSMIC SONGS

Bobigny is the Place pour le saxophoniste Thomas de Pourquery et son Arkestra nouvelle génération. Des ch½urs et des musiciens amateurs qui célèbrent la gloire de Sun Ra : impossible de résister à cette attraction extra-terrestre…

« Nous sommes sur le vaisseau-Terre, destination l’Inconnu ». Reprenant la déclaration de Sun Ra à son compte, Thomas de Pourquery propose à un ch½ur de collégiens et un orchestre amateur d’explorer la planète Sun Ra en s’emparant de sept morceaux composés par le légendaire musicien afro-futuriste, et réarrangés avec brio par l’espiègle saxophoniste français. Au terme de plusieurs semaines de répétitions, Cosmic songs présente le résultat de leur odyssée dans l’univers exceptionnel d’une légende du jazz, qui prétendait venir de Saturne…

Direction Thomas de Pourquery Avec les choristes des collèges République et Pierre Sémard, les musiciens amateurs du Canal 93 de Bobigny, du Bel Orchestre amateur et la fanfare de Banlieues Bleues. Ateliers chant dirigés par Béatrice Cheramy, Kamel Friha et Aria Florent, accompagnés de Pierre Allio (piano), ateliers d’orchestre dirigés par Thomas de Pourquery assisté de Laurent Bardainne (saxophone) et Vincent Lassalle (percussions).

Photos©DR



dimanche 01 avril 2012 | Épinay-sur-Seine

JUKEBOX + ROMANO, SCLAVIS, TEXIER invitent BOJAN Z & NGUYÊN LÊ

en savoir plus


dimanche 01 avril

le festival  Espace Lumière, Épinay-sur-Seine

JUKEBOX

France, Italie / Cinq jeunes électrons libres de la nouvelle vague du jazz hexagonal détournent les mélodies populaires. Une expérience rare qui donne le sentiment d’écouter un jukebox vivant qui n’en ferait qu’à sa tête.

Mené par le jeune pianiste Fabrizio Rat, ce quintette transformiste s’approprie des tubes du siècle passé pour les recomposer à leur sauce (très piquante). A l’automatisme de la machine à laquelle il doit son nom, Jukebox préfère le déformé, l’oblique, le nébuleux. Sous leurs cinquante doigts baladeurs, les mélodies d’Elvis, de Jacno ou de Madonna bourdonnent de manière inédite. Piano préparé qui carillonne comme un balafon, cuivres qui préfèrent le souffle à la note ou contrebasse frottée : les cinq musiciens, éléments salutaires du renouveau du jazz hexagonal, explorent toutes les possibilités de leurs instruments pour générer une musique inouïe, entre free jazz, explorations électro-acoustiques et pop déglinguée.

www.myspace.com/jukeboxtime

Louis Laurain trompette, Fidel Fourneyron trombone, Fabrizio Rat piano, conception, Ronan Courty contrebasse, Julien Loutelier batterie

Photos©Ivano Pompilio

Jukebox est soutenu par le Cabaret Contemporain

+

ROMANO, SCLAVIS, TEXIER invitent BOJAN Z & NGUYÊN LÊ

France, Italie, Vietnam, Serbie, Bosnie / Après deux décennies d’oniriques déclarations d’amour à l’Afrique, les trois stars du jazz hexagonal électrisent leur musique nomade en invitant deux princes survoltés de l’improvisation européenne.

J'écoute

C’est l’histoire d’une aventure d’un soir qui fête ses noces de porcelaine : réunis (presque) par hasard au début des années 90 pour une tournée en Afrique, ces trois piliers du jazz hexagonal ont connu un succès phénoménal avec un triptyque mis en images par le photographe Guy Le Querrec. Clarinette, contrebasse, batterie : une formule d’une fluidité enivrante qui va droit au c½ur et aux tympans. Tour à tour enlevé et enfiévré, mélodique et tarabiscoté, leur road-trip imaginaire navigue bille en tête entre les continents. Leur nouveau défi ? Confronter leur jazz en suspension à deux caractères (très) bien trempés : le transcendant Bojan Z et l’hendrixien Nguyên Lê.

http://www.myspace.com/louissclavis

http://www.bojanz.com/

www.nguyen-le.com/

Louis Sclavis clarinette, Henri Texier contrebasse, Aldo Romano batterie, Nguyên Lê guitare, Bojan Z piano

Photo ©Julien Mignot